Sport : pathologies du membre inférieur

Sport : pathologies du membre inférieur

Publié le 21-10-2015, 10:55

Quelques exemples significatifs :

Le Joueur de golf

Le swing sollicite de façon très spécifique les ceintures scapulaires, pelviennes mais également le membre inférieur. Il peut provoquer des tensions du côté opposé au mouvement.

Le nerf cutané fémoral, dans la région du bassin, peut être touché à cause de la torsion. Cette pathologie, associé au geste du golfeur, apparaît généralement dans des circonstances de swing mal effectué ou dans un contexte d’hypersollicitation.

Le Cycliste

Le réglage joue un rôle déterminant afin d’éviter :
 

- Le syndrome fémoro-patellaire : cette pathologie résulte souvent d’un mauvais réglage de la hauteur de la selle.
- La tendinite de la patte d’oie survient lorsque le pédalage s’effectue avec trop de rotation latérale de jambe.
- La tendinite du muscle biceps fémoral est favorisée par une jambe en excès de rotation médiale.
- La tendinite du quadriceps est assez rare

- L’Athlétisme

Lancers, courses sauts sont des grands pourvoyeurs de micro-traumatismes d’origine tendineuse, généralement invalidants pour le sportif mais, pour la plupart, sans gravité sur le plan médical propre.

- Le Coureur

Les courses de vitesse : le sprint apporte une part non négligeable de claquages, d’entorses et d’autres accidents aigus d’origine musculaire.

Les courses de fond : les fractures de fatigue et les lésions liées au surmenage rencontrées dans la pratique du fond concernent principalement le membre inférieur. Les fractures de fatigues concernent le tibia, le péroné et au niveau du pied, le deuxième et le troisième métatarsien.

Le Lanceur de marteau

Le geste du lanceur de marteau nécessite un appui ferme dans le sol du pied opposé. Cet enracinement entraîne de fortes tensions au niveau du tenseur du fascia lata et la bandelette de Maissiat, s’opposant ainsi à la force varisante au niveau du genou. Un surmenage local peut aboutir à des symptômes myofasciaux et compressifs sur le compartiment médial du genou.

Le Footballeur

Les pathologies musculaires représentent 40% des blessures chez le footballeur professionnel. Les déchirures concernent 25 % de celles-ci. Parmi les pathologies articulaires, les entorses bénignes de la cheville sont les plus répandues, viennent ensuite celles du genou et en premier lieu les entorses du ligament collatéral médial.

Le Skieur

Le genou du skieur subit trois grands types de mécanismes lésionnels :
 

- les chutes en valgus-rotation latérale
- les chutes en varus–rotation médiale : l’articulation tibio-tarsienne verrouillée, bloque la rotation latérale du tibia.
- La rupture du ligament croisé antérieur survient lorsque l’articulation tibio-tarsienne est verrouillée par une chaussure montante et que le skieur tente de rattraper un déséquilibre postérieur.